retour

HABITATION

Cie Celui qui dit qui est

  • Loren Coquillat
  • Cecilia Coquillat

Danse    Performance    Théâtre   

 

Résidence

  • 23/08/2021 → 03/10/2021
 
  
  

Habiter : être comme dans une demeure. Être habité : occupé, peuplé. Laboratoire-résidence, la Compagnie Celui qui dit qui est habite là pour un temps. Les artistes déplient la démarche de la compagnie, élargissent le plateau de leur fabrique transdiciplinaire à tout un quartier, espace public et lieux complices ; peuplent ces espaces de fictions, de présences, d'incrustations ; ouvrent des rencontres à différents états de leur travail. Moyen d’échanger avec les habitants sous de multiples formes à partir de la création danse théâtre Rôles&Rites - Chacun cherche sa place. Avec plein de petits hublots ouverts sur les processus de création, avec des invitations à, avec des choses qui se voient, des choses qui se montrent, d'autres qui se partagent, qui s'essaient, qui s'échangent, se fabriquent collectivement. Pour dire que le spectacle existe déjà dans sa fabrication. Que la rencontre fait partie de la fabrication. Pour laisser la chance au brouillon, à un processus, à une expérimentation d'embrasser les publics. Pour que la secrète rêverie déborde les murs et les pas de porte. Une fabrique à vue qui s'invite et qui invite. "L’Habitation est une expérimentation de la Compagnie Celui qui dit qui est / une tentative pour bousculer le chemin de production du spectacle vivant / éprouver le processus de création en étant poreuse à ce qui nous entoure (le lieu, ses habitants, leurs fictions) / où le temps de «répétition» est autant un spectacle que le spectacle lui-même"

Intention

« Habitation » pour habiter mais en dehors de sa maison. Habiter le palier, habiter le quartier, les lieux, la ville. Habiter c’est vivre là, il y a mille façons de vivre là. Parmi elles nous tiennent à coeur tous les possibles de rencontre avec le public, le non-public, le presque-public, les passants, les fuyants, les observants, les participants, les bousculants. Celles qui sont notre motivation à aller danser ou jouer en dedans et en dehors de la boîte noire des lieux dédiés au spectacle, à effacer les murs et enfoncer les portes. Jouer juste à côté du quotidien, rêver dans le quotidien, marcher sur la lisière, à toute heure et à tout âge. C’est aussi l’idée que celui qui regarde est autant nécessaire que celle qui fait. Que celle qui entend est autant actrice que celui qui dit. Que nous avons besoin les uns des autres pour rêver notre cité. C’est défendre que chacune cherche sa place, et que la place de chacun est à inventer. Et que surtout il n’y a pas de siège réservé pour toute la vie; on veut pouvoir choisir.

 

« Habiter » pour dire aussi qu’il n’y a pas les artistes d’un côté et les autres de l’autre. Il y a tous les habitants, il se passe quelque chose où chacun agit même si c’est ne rien faire. Il se passe quelque chose où chacun choisit ce qu’il veut en faire. Il se passe quelque chose dans un espace qui se partage, un espace qui accueille toi, moi, eux, nous. Un espace qui change de visage selon si on y marche sur les pieds ou sur les mains. Un espace que l’on peut titiller pour décaler le regard et peut-être s’apercevoir qu’il est si grand, ou si beau, ou si ancien. Importance de faire surgir quelque chose qui chatouille le goût du jeu. Dire haut et fort qu’on peut « s’essayer à » sans savoir faire, et que quelque chose de formidable peut arriver. Hurler qu’il n’y a pas de pré-requis pour jouer ; que jouer est quelque chose de sérieux et de si drôle. De complexe et d’élémentaire. Alors on veut crever le complexe en proposant de multiples ficelles à tirer, et réveiller l’élémentaire de notre goût enfantin pour le jeu la fiction l’incroyable en le posant juste là : à aller voir ou à laisser venir. En lien avec notre création danse théâtre Rôles&Rites, les artistes de la Compagnie, la structure qui nous accueille, son quartier, habiter pour partager explorer collectivement inviter s’imprégner échanger expérimenter choisir questionner rencontrer dérouter fêter.

Démarche compagnie

La Compagnie  Celui qui dit qui est jeune compagnie toulousaine au langage pluriel, est créée en 2018 par Loren et Cecilia Coquillat. Elle est composée d’une vingtaine d’artistes et promeut d’une part la création de spectacles à la lisière du théâtre et de la danse, d’autre part la création d’écritures hybrides entre spectacle / photo, ciné, radio, écriture, micro-édition. Toujours questionnant la place de l’art dans la vie et le rapport entre réel/fiction, elle se considère comme un espace de recherche et d’échange. Elle développe divers moyens pour penser la création et la rencontre avec le public : toujours questionnant l’échange, la forme, le rapport au spectateur, les habitudes du spectacle vivant. La Compagnie Celui qui dit qui est défend la curiosité, le partage, l’expérimentation collective, le questionnement, le goût du jeu, le goût du mouvement, et par dessus tout, la jubilation et l’étrangéité d’être ensemble.

Distribution

Compagnie Celui qui dit qui est
Coproduction : RING – Scène périphérique
Accueil en résidence : Pavillon Mazar / Centre culturel théâtre des Mazades / La Vannerie / La brique rouge / Centre culturel Bellegarde / Espace Saint-Cyprien / Point Éphémère
Partenaires & soutiens : Mairie de Toulouse/Toulouse Métropole

 

La Team :
Cecilia Coquillat, comédienne & directrice artistique
Loren Coquillat, danseuse & directrice artistique
Lucie Garrigues, comédienne
Quentin Beaufils, comédien & danseur
Manon Gorra, comédienne
Camilo Sarasa Molina, danseur
Charlotte Delcurou, danseuse & regard
Brice Pomackoto, danseur
Charlie Meunier, photographe
Ana Urbain, réalisatrice
Elsa Seguier Faucher, comédienne & plasticienne
Noëmie Ede Decugis, comédienne
Juliette Glickman, comédienne & danseuse
Elfi Forey, comédienne & regard
Alexis Tieno, comédien
Adam Migevant, comédien
Eva Dehargues, comédienne
Romain Lafon Pachot, comédien

 

Artistes associés :
Lou Jelenski, plasticien
Mallory Duhamel, lumière
Albane Roche Michoudet, costumière
Lola-Ly Canac, musicienne (Château Forte)
Clément Doumic, musicien (Château Forte)
Mathis Kolkoz, musicien (Blind Delon)

©Charlie Meunier
retour