retour

PROJET FORÊTS

LOGE22

Danse   

▚ NEUFNEUF FESTIVAL

 

03.11.2021 → 04.11.2021

Spectacles

  • 3 novembre : 20h00
  • 4 novembre : 20h00
 
  
  

Durée : 35MN

Tarif : 12,00 € / 8,00 €

Le projet Forêts est une traversée en solitaire. Julien Monty y déploie une partition polyphonique en juxtaposant deux modalités expressives : celle du corps qui bouge dans son apparence irréfutable, laissant surgir une graphie et celle de la parole comme manifestation vocale, véhicule d’histoires. Prenant appui sur deux contes issus du Mont Analogue de Renée Daumal, Julien Monty tente de déplier quelques notions symboliques du corps passé au crible du langage. Le texte se déverse dans la danse, le geste, quant à lui, contient la parole en concordance ou en discordance. Forêts est un lieu de recollection permanente, les images naissent de la friction entre textualité et corps en mouvement. Chaque présentation de Forêts est singulière, inlassablement adaptée au lieu qui l’accueille, en intérieur ou à la lisière d’une forêt.

Propos

La danse m’apparait comme étant à l’orée de la parole. Bien qu’elle soit le lieu même du signe, la danse semble muette non pas parce que la voix lui manque, la voix est toujours là, à l’affut, rentrée dans le corps, mais parce qu’elle ne dit rien et qu’elle ne prétend rien dire. Elle est simple expression, mouvement qui pousse au-dehors une parole indicible. Elle est l’endroit du rituel, de l’apparition et des apparences. Collective, tout en étant le lieu de l’intime, la danse montre sans démontrer, annonce force et fragilité. De place en place, le corps, motivé par l’élan ouvre des formes et des images hurlantes.

Cependant, pour Forêts, l’idée est de faire expérience d’une simultanéité, c’est-à-dire, donner une valeur équivalente à deux espaces en même temps : celui du corps qui bouge dans son apparence irréfutable, laissant surgir une graphie et celui de la parole comme manifestation vocale, véhicule d’histoires.
En récitant des textes, je désire générer une interaction narrative au mouvement dansé. Raconter une histoire qui ne vient pas de soi, mais une histoire vers laquelle nous allons comme pour signifier des mémoires s’enchâssant pour ne plus former qu’un acte.

Ce projet a tout d’une traversée en solitaire, mais le propos est bien ici de poser un geste qui déploierait pleinement sa fonction de médiateur. Forêts déplie des potentialités expressives : dans un même mouvement, langage, voix, gestes et signes à l’unisson. Le texte se déverse dans la danse, le geste, quant à lui, contient la parole en concordance ou en discordance.

Bio

JULIEN MONTY

Il est diplômé du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris en 1997. Il intègre le Ballet de l’Opéra de Nice, puis part en Norvège pour danser avec : Io Stromgren et Nye Carte Blanche. De retour en France, il rejoint le Ballet Preljocaj pour deux saisons puis intègre le Ballet de l’Opéra de Lyon. Depuis 2001, il collabore avec François Laroche-Valière. Parallèlement, Julien Monty a cofondé en 2005 le Collectif Loge 22 à Lyon avec Marie Goudot et Michael Pomero, au sein duquel il travaille en tant que danseur et chorégraphe, plus de dix pièces seront créées. Il intègre Rosas, la compagnie d’Anne Teresa de Keersmaeker en 2010. Il créé avec elle cinq pièces et évènements dont la dernière en date, Mitten wir im Leben sind / Bach6cellosuiten. Il est aussi depuis septembre 2020 professeur de danse contemporaine au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon.

Distribution

Chorégraphe et interprète : Julien Monty
Assistant : Sandy Williams
Technicien, directeur technique : à déterminer
Texte : Le mont Analogue de René Daumal

 

Accueilli en résidence : La Plateforme / Cie Samuel Mathieu projet de territoire pour le développement de la danse contemporaine, le CN D Lyon, Format danse (07), résidence à La Crypte Lagorce (07)
Coproduction : Festival NeufNeuf et Format (Ardèche)

Liens

Facebook

retour