retour

SELS

Théâtre 2 L'Acte

  • Marie-Angèle Vaurs

Théâtre   

 

Résidence

  • 20/02/2021 → 28/02/2021
  • 08/04/2021 → 13/04/2021
  • 05/07/2021 → 17/07/2021
 
  
  

« Il y a une forme de légèreté et de grâce dans le simple fait d’exister, au-delà des occupations, au-delà des sentiments forts, au-delà des engagements politiques et de tous ordres et c’est uniquement de cela que j’ai voulu rendre compte, de ce petit plus qui nous ai donné à tous : le sel de la vie. » Extrait "LE SEL DE LA VIE" de Françoise Héritier.

Origine du projet

Pendant le confinement bien sûr, période propice aux fécondations en tous genres. Que faire quand la planète entière est sous cloche ? Quand le genre humain s’est volatilisé comme ça, d’un seul coup, comme victime d’un enchantement maléfique ? Villes désertes, campagnes désertes. Plus de voitures, plus d’avions, plus rien sinon un silence assourdissant. Quel esprit fou aurait pu imaginer une chose pareille ? Le moment de sidération passé, les forces vitales profondes se réveillent. Il faut sortir du confinement d’une façon ou d’une autre, chacun sa solution. Pour moi ce fut le livre de Françoise Héritier, que j’avais fort heureusement près de moi : « LE SEL DE LA VIE ». Un livre magique, savoureux, tonique, propre à guérir tous les mélancoliques, neurasthéniques et autres dépressifs. « Il y a une forme de légèreté et de grâce dans le simple fait d’exister, au-delà des occupations, au-delà des sentiments forts, au-delà des engagements politiques et de tous ordres et c’est uniquement de cela que j’ai voulu rendre compte, de ce petit plus qui nous ai donné à tous : le sel de la vie. » Voilà ce qu’écrit Françoise à propos de son livre et voilà ce qui m’a donné envie d’écrire, de partir à la recherche de mes propres sels, de dérouler comme elle le fil, cela semble si facile en la lisant ce vagabondage dans la vie, cet abandon à « ce qui vient », une drogue dit-elle qui la pousse à poursuivre sur des pages et des pages cette magnifique plongée, cette énumération « de sensations, de perceptions, de petits plaisirs, de grandes joies, de profondes désillusions parfois et même de peines bien que mon esprit soit tourné plutôt vers les moments lumineux de l’existence que vers les moments sombres, et il y en a eu ». À partir de ce point de départ, un projet s’est élaboré peu à peu, a mûri, de la fécondation à la grossesse si je puis dire, dépassant l’énumération personnelle pour aller vers une forme théâtrale …

Propos

Elles sont 2, recluses au fin fond de leur appartement. Depuis combien de temps ? Elles ne le savent pas. Elles n’ont pas d’âge. Un jour, à une époque indéfinie, on a obligé les habitants des villes et des campagnes à s’enfermer chez eux. Le pays est en guerre. Contre qui ? Contre quoi ? Un ennemi invisible et d’autant plus dangereux. Elles ont obéi. Depuis elles vivent là dans l’obscurité, n’osant plus mettre le nez dehors, tétanisées par la peur. Un peu à la façon de ces anciens soldats japonais cachés sur une île et croyant 30 ans après l’armistice que la guerre continuait. Mais il faut bien « passer le temps » ; alors elles réveillent leurs papilles, se lèchent les babines, empoignent salières et poivrières à bras le corps et partent à la recherche des meilleurs moments de leur existence. Commence une partie de ping-pong avec sels en lieu et place de la balle. Elles se souviennent, elles inventent, elles se racontent des histoires, elles font du théâtre en somme. Imaginaire et poésie entrent en scène. Pourtant l’ennemi guette tout autour, insaisissable, inquiétant. La PEUR alors pénètre à nouveau par tous les pores de leur peau, une peur non identifiable mais qui prend aux « tripes ».

BIO(S)

CAROL LARRUY 
Elle a suivi pendant 2 ans l’atelier Gérard Philippe à St Denis dirigé par Daniel Mesguich et Philippe Duclos, puis différents stages avec notamment :
Romain Fohr, puis Agnès Coisnay Théâtre du Mouvement à Bordeaux, Alexandro Meneguzzi à Rouen, Jean-Michel Rabeux , Anastasia Hyan (danse contemporaine).
Elle intègre la formation vers un acteur Pluriel du Théâtre2 l’Acte en 2008 et participe aux rencontres Protée dirigé par Michel Mathieu.
Elle a joué notamment dans : « L’anneau du Nibelung » de Wagner direction D. Mesguich à Nice puis à Paris, « Lucrèce Borgia » mise en scène de Phlippe Duclos au Théâtre Gérard Philippe à St Denis, « Catastrophe » de Samuel Beckett et « Intérieur » de Maeterlink dans des mises en scène de Jean-Damien Barbin, « Conte d’hiver » d’après Shakespeare mise en scène de Xavier Maurel au Théâtre de Fontenay aux Roses, « On ne badine pas avec l’amour » de De Musset avec la troupe de l’Escouade à Rouen.
Elle participe aux dernières créations du Théâtre2 l’Acte : – « Mémorial Park » en 2009
– « QuiVive » en 2010
– « Psaume » en 2012
– « Ubu » enchaîné » en 2014
– « Affrontements » en 2018 sous la direction de Michel Mathieu
– « L’Æntre » en 2013
– «Massacre à Paris » de Marlow en 2017 sous la direction de Marie-Angèle Vaurs
Autres :
– « Les Schlingueries » un spectacle burlesque écrit et mis en scène par Jean-Yves Michaux
– « Truisme » de Marie Darrieussecq au Théâtre du Pavé à Toulouse et «Olympe de Gouges» au théâtre Olympe De Gouges à Montauban en 2019 mis en scène par Jean-Pierre Armand. Elle est également l’interprète et l’auteur de l’adaptation de «La chambre de G.H», spectacle mis en scène par Michel Mathieu, d’après un roman de Clarisse Lispector.

 

MARIE-ANGÈLE VAURS 

Comédienne, enseignante, metteuse en scène, elle s’est formée sur le terrain dans l’après 68 à l’intérieur de l’activité de la troupe alors naissante du Théâtre 2 l’Acte. Elle a suivi la formation dispensée au sein de cette compagnie : influences de Grotowsky, du Living Théâtre, de l’Open Théâtre, du Bread and Puppet, notamment.
Par la suite de nombreux stages sont venus enrichir et diversifier sa formation initiale. Voix et chant avec le Roy Hart – Ravi Prassat, – Alain Joule – Antonella Talamonti ( proche de Giovanna Marini)- Georges Aperghis – le théâtre du Lierre . Et aussi Marie Vayssière, Mladen Matéric, Erhard Stieffel, Christophe Bara, Bernard Guittet.
Elle a suivi également des ateliers d’écritures à la Chartreuse avec Michel Azama et Roland Fichet ; dans la région toulousaine avec Philippe Berthaut.
En tant que comédienne elle a, entre autre, joué le rôle de « Madame » dans les Bonnes de Jean Genêt, de Lechy dans « l’Échange » de Paul Claudel, « Le Monologue de Médée » dans « Matériau Médée » de Heiner Müller, de « Jocaste » dans les Phéniciennes d’Euripide…Elle a participé à de très nombreuses créations collectives.
Dernières expériences professionnelles :
2018 : écriture, mise en scène et interprète de « Une Maison de Rêve pour LaBelleBête » spectacle pour enfants
2017 : Comédienne dans « Affrontements » de Henri Michaux, mis en scène par Michel Mathieu 2016 : Metteuse en scène de « 1572 Massacre à Paris » de Christopher Marlowe.
2015 : Comédienne dans « L’Opposante » mise en scène de Lydie Parisse. Avec Yves Gourmelon – Théâtre au Présent Via Négativa
2015 : comédienne dans «Lunatic café » – Compagnie Trauma ; mise en scène Diane Launay

 

OLIVIA MORIN 
Elle a suivi pendant 3 ans des cours de marionnettes au CCR d’Amiens avec Sylvie Baillon et Éric Coulouzelle puis pendant 2 ans aux Ateliers du Mouvement, Théâtre du Mouvement à Paris. Elle a par ailleurs une formation de Régisseuse de Spectacle, Option Plateau (CFA- SVA/CFPTS, Bagnolet). Elle a suivi une formation d’une semaine comme éclairagiste pour la marionnette (TMN Paris). Elle a obtenu un Master en sociologie CODIR à Amiens et un Master en Arts et Communication à Toulouse.
Au niveau de ses expériences professionnelles, elle a été assistante en régie plateau au Théâtre de la Ville à Paris pendant 2 ans, régisseuse–marionnettiste avec la Cie « Demain on change tout » pendant 1 an avec la mise en place d’ateliers de marionnettes au sein de la compagnie. Elle a été assistante coordination aux temps forts marionnettiques « Marionnettes en chemin », Le Tas de sable à Amiens.
Elle a également travaillé à la mise en place d’action de médiation culturelle en art contemporain au Musée des Beaux Arts de Toulouse – Les Augustins » pendant le Printemps de Septembre.

 

BRUNO WAGNER 
Touche-à-tout de l’image, plasticien, photographe et créateur de dispositifs de projections intervenant dans la scénographie de spectacles vivants. Il a réalisé une cinquantaine d’expositions et installations en France et en Europe ainsi que quelques films.
Depuis 2001, il a participé à une quarantaine de spectacles, utilisant la vidéo-projection sous toutes ses formes, inventant et fabriquant les images diffusées.
Il travaille régulièrement avec l’Orchestre Philharmonique de Pau et Hervé Suhubiette, la Cie Oui Bizarre, le Cornet à dés, le Théâtre2l’Acte, Made in le Spectre…
Directeur du Festival Les Urauquoises pendant 10 ans. 2021 création des Editions Walkyrie.

 

YOHANN ALLAIS BARILLOT 

Il a suivi la formation professionnelle d’assistant régisseur général du spectacle vivant en 2014. Il a ensuite travaillé en tant que technicien lumière dans un grand nombre de festival dont le « Festival des trois continent » à Nantes, le « Festival premiers plans » à Angers, le « Festival couvre Feu ».
Il a été régisseur de production, responsable logistique du festival d’Anjou de 2015 à 2019, régisseur de site au Festival des accroches cœurs à Angers, Assistant Régisseur Général au festival inter celtique de Lorient. Il a réalisé les créations lumière de nombreux spectacles dont : La Caverne d’après Evguény Zamiatine , mis en scène par José Sobrecase ; Les Rêves d’Ivan Viripaev, mis en scène par Léo Gaubert – Hiver de Jon Fosse, mis en scène de Michel Mathieu, La Nuit Nationale mis en scène par Diane Launay.

 

ANNE VALÉRIE THAURONT 

Chargée de projets culturels, accompagnement et développement sur le plan local, national et international. Dans ce cadre là elle assure le développement de projets, la mise en place des budgets, la recherche de partenaires, la communication, l’information et la coordination ainsi que la gestion des ressources humaines.
Elle a également une formation en théâtre, en régie lumière et régie générale.
Elle a une expérience importante avec différentes structures, festivals ou compagnies. Citons le festival du Printemps de Bourges pour la fonction de régisseur. Elle a été assistante de mise en scène avec entre autres, Jorge Lavelli pour Faust à l’Opéra Bastille, avec Pierre Sauvageot et Michel Risse (orchestre philarmonique des Pays de Loire), Gabriel Garan, Serge Hureau… Elle a été chargée de production dans le réseau des Alliances françaises, directrice de production dans le Festival des Mondes Solidaires, Administratrice de production et développement avec la Cie Théâtre d’images, la Cie Créature, avec le scénographe et plasticien Michel Caillebotte et depuis mars 2020 avec le Théâtre 2 l’Acte.

Distribution

Porteuse du projet et proposition scénique : Marie-Angèle Vaurs

Écriture : Carol Larruy et Marie-Angèle Vaurs

Sur le plateau : Carol Larruy et Marie-Angèle Vaurs

Images et video : Bruno Wagner

Lumière et Son : Yohann Allais Barillot

Regard marionnettique : Olivia Morin

Regard extérieur : Michel Mathieu

Administratrice de production : Anne Valérie Thauront

retour