retour

SUR LES RIVES

Cie Contremarches

  • Fabien Perret

Danse   

⬢ PREMIÈRE

 

04.06.2021 → 05.06.2021

Spectacles

  • 4 juin : 19h30
  • 5 juin : 19h30
 
  
  

Durée : 40 minutes

Tarif : 8€ / 12€

Sur les rives est un solo qui s’origine dans les chemins que nous parcourons, tantôt avec insouciance, tantôt dans l’accompagnement de nos défunts. Sur les rives est un solo que je voudrais collectif.
Un espace qu’un corps fait vibrer et met en commun. Sur les rives est un solo,  une vanité (œuvre soulignant la fuite du temps), la reconstitution fantasque d’une danse macabre d’aujourd’hui. Sur les rives est une performance traversée par le lien entre les morts et les vivants.

Propos

Le solo Sur les rives est un travail chorégraphique autour des danses macabres et des rituels qui relient morts et vivants. Loin de mettre l’accent sur la dimension lugubre du sujet, je me tourne résolument vers l’invention de danses singulières et composites, de rites dansés partagés entre joie et inquiétude. Sans être clairement participatif, ce solo est pensé également dans sa dimension de partage avec le public. Il me plaît de mettre en place une série d’échange avec l’invisible, et d’embarquer les spectateur·trice·s dans un mystérieux voyage sur les rives de nos vies.

Démarche de la compagnie

La compagnie Contremarches a été créée en 2015 après diverses collaborations et projets personnels de Fabien Perret autour de l’écriture du corps dans l’espace commun. D’abord pensée comme un laboratoire de recherche autour de formes in situ à travers courts solos, vidéos et performances, la compagnie s’étoffe petit à petit afin de croiser les regards et d’initier de vivifiantes collaborations. Parallèlement à des formes chorégraphiques en jardin, en salle d’exposition, en galerie d’art, en librairie, une pièce se développe pour la scène : Sur les rives. Considérant la danse comme une pratique de partage, la cie contremarches relie son travail de création à l’action avec les amateur·trice·s et les publics. Elle propose stages, ateliers, interventions et porte depuis 2016 Le Pli, atelier collectif dédié à l’improvisation en danse.

Bio

Après une formation de musicien en conservatoire, Fabien Perret se forme à la danse auprès de Pascal Delhay à Toulouse. En 2007, il rejoint pour quelques années la Cie Dorsalis, basée en milieu rural et qui développe des performances et des pièces de danse en extérieur. Parallèlement, il expérimente le lien entre vidéo et corps en mouvement (Solo en salle de bain, 2007). Entre 2006 et 2012, il est membre du collectif pluridisciplinaire À L’AIL avec qui il crée des expositions-performances comme Open Space (2009), sur une invitation de France Distraction au Vivat d’Armentières (59). Il participe à la pièce Jardin à la française de Marion Uguen et au projet De(s)faire de Patricia Ferrara.
En 2015, il fonde la Cie Contremarches, tournée vers la diffusion et la création de pièces et de performances interrogeant l’espace social et le rôle du corps dansant. Ces recherches chorégraphiques s’articulent avec une action pédagogique auprès de danseurs de tous niveaux et de publics divers.

Distribution

Conception, interprétation : Fabien Perret

Regard extérieur : Nedjma Merahi
Création son : Boris Billier
Lumière : Guillaume Redon
Costumes : Hélène Durand
Accompagnement : Delphine Mothes et Lise Romagny
Production : Cie Contremarches
Coproductions : La Place de la Danse – CDCN Toulouse Occitanie, La Plateforme – Cie Samuel Mathieu
Accueil : théâtre Le Vent des Signes – Toulouse, Faits & Gestes – Marminiac (46), Mix’art Myrys – Toulouse, Tiers-lieux culturel Le Moulin – Roques (31), La Fabrique – CIAM UTJ2 Toulouse, La Place de la Danse – CDCN Toulouse Occitanie, Pavillon Mazar – Groupe Merci, Ballet du Nord – CCN Hauts-de-France à Roubaix, Le Ring – scène périphérique à Toulouse
Soutien : théâtre Le Vent des Signes – Toulouse, La Manufacture – CDCN Nouvelle-Aquitaine Bordeaux•La Rochelle, CIAM – Université toulouse Jean Jaurès
Sur les rives bénéficie de l’aide à la création de la Région Occitanie Pyrénées Méditerranée et de l’aide au projet de la Ville de Toulouse
©Delphine Fabro
retour