retour

VOIX D’ELLES ◉ annulé

ByPass - Forum de la création musicale

  • Natasha Barret
  • Georgia Spiropoulous
  • Stine Janvin

Musique    Performance   

⬢ ByPass

 

15.11.2020 → 15.11.2020

Spectacle

  • 15 novembre : 18h00
 

Dans le cadre du Forum ByPass, une production du studio Éole.

  

Durée : 1H

Trois compositrices nous livrent une vision singulière, sensorielle et radicale du matériau vocal dans un contexte électroacoustique.

Présentation

Trois compositrices nous livrent une vision singulière, sensorielle et radicale du matériau vocal dans un contexte électroacoustique.
Sur un unique haut-parleur, la compositrice grecque Georgia Spiropoulos passe au crible des manipulations élémentaires et souvent abruptes du « turntablism » un questionnement sonore sur l’horreur de l’Holocauste.
La compositrice anglaise Natasha Barrett utilise les outils de spatialisation du son de l’Ircam pour une réflexion musicale autour de trois inventions qui ont jalonné l’histoire humaine : le parapluie, le tube optique et la serrure.
Enfin, la chanteuse, interprète et artiste sonore germano-norvégienne Stine Janvin travaille avec la grande flexibilité de sa voix, les façons dont elle peut être déconnectée de ses connotations naturelles et humaines, et les dualités potentielles entre le naturel et l’artificiel, l’organique et le synthétique, le minimal et le dramatique.
Fake Synthetic Music est la dernière performance live de Stine Janvin pour voix, échos, lumières et spatialisation sonore. Grâce à la gamme de fréquences de sa voix, Stine Janvin donne à vivre au public une expérience physique complète. Inspirée par les producteurs de musique électronique architecturale d’hier et d’aujourd’hui, Janvin présente une nouvelle approche de la « rave déconstruite » en explorant à la fois les illusions sonores et optiques, les émissions otoacoustiques et les séquences mélodiques minimales en référence à la pop, à la techno et à la transe.

BIO(S)

NATASHA BARRETT  
Natasha Barrett est une compositrice de musique
électroacoustique résidant à Oslo, Norvège.
L’œuvre de Natasha Barrett se partage entre le
purement acoustique et l’acousmatique, destinée
autant au concert qu’à des installations artistiques,
parfois monumentales. Souvent attachée à une forme
de narration – même si celle-ci peut être obscure ou
abstraite, en lien avec le langage véhiculé par les sons
–, c’est au travers de dispositifs spatialisés comme
l’Ambisonic que Natasha Barrett s’épanouit, en
cherchant notamment à mettre en œuvre des concepts
comme le contrepoint spatial – équivalent spatial du contrepoint traditionnel.
Son travail a été récompensé par plusieurs prix et concours, parmi lesquels le Concours Luigi Russolo en 1995 et 1998 (Italie), le Prix Musica Nova Prague en 2001, le Concours international de musique électroacoustique de Bourges en 1995, 1998 et 2001, le Concurso Internacional de Música Eletroacústica de São Paulo en 2001, le 9th International Rostrum for Electoacoustic Music en 2002, l’Edvard Prize en 2004 (Norvège), le Nordic Council Music Prize en 2006, le Giga-Hertz Award en 2008 (Allemagne), ainsi que le Prix Ars Electronica (Autriche) en 1998 et 2017.
Natasha Barrett mène également une carrière d’interprète de musique électroacoustique aussi bien pour ses propres œuvres que pour celles d’autres compositeurs. Elle vit et travaille aujourd’hui en Norvège.

 

STINE JANVIN 
Stine Janvin Motland est une vocaliste expérimentale, performeuse et artiste sonore d’origine norvégienne. Son large panel de techniques vocales lui permet d’explorer et de pousser davantage les limites naturelles de la voix.
En parallèle à son groupe de performance Brigitte & Paula band, Stine Janvin travaille parfois avec les ensembles Song Circus et Aksiom. Elle collabore également avec de nombreux compositeurs de musique expérimentale et participe activement à des projets mêlant art, théâtre et danse à travers le monde.

 

GEORGIA SPIROPOULOS 
Compositrice grecque née le 17 septembre 1965 à Athènes (Grèce).
Pianiste formée à Athènes, Georgia Spiropoulos s’initie également au jazz avant de travailler comme instrumentiste, arrangeur et transcripteur de musique grecque de transmission orale.
Puis elle s’installe à Paris, étudie la composition instrumentale et électroacoustique avec Philippe Leroux et suit le cursus de composition et informatique musicale de l’Ircam.
Lauréate du prix Villa Médicis Hors les murs aux États- Unis, elle mène alors à New York des recherches sur les interfaces interactives et sur la captation du geste des chefs d’orchestre.
Elle est ensuite compositrice en recherche à l’Ircam, travaillant sur les transformations de la voix et la création d’outils pour la performance live. Elle prolonge son étude des techniques vocales au sein de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), où elle obtient un Master.
Influencée par les musiques du XXe siècle, les musiques traditionnelles, ainsi que par le rock d’avant-garde et la free improvisation, la performance, les artistes interdisciplinaires, le platinisme, ou encore la poésie et le théâtre, Georgia Spiropoulos compose des œuvres instrumentales, vocales, électroacoustiques, mixtes, ainsi que du théâtre musical et des installations sonores et audiovisuelles. Son écriture repose sur des préoccupations liées à la forme, à la temporalité, à la spatialisation, à la synthèse sonore ainsi qu’à la notion d’oralité et à la coexistence de la tradition et de la modernité : Oria, création par l’ensemble Itinéraire (2003) ; Klama pour chœur mixte, électronique live et documents audio, création par le chœur Accentus (2006) ; Ephemerals & Drones, création par l’Ensemble Intercontemporain (2007) ; Les Bacchantes pour voix, électronique et lumières, commande de l’Ircam, création au festival Agora (2010) ; Vocalscapes on Walt Whitman, installation sonore (2014) ; Roll…n’Roll…n’Roll pour harpe et électronique en temps réel, commande de l’Ircam, création par Hélène Breschand lors du Festival ManiFeste de l’Ircam (2015) ; Landscapes & Monstrous Things pour quatuor à cordes, piano, électronique et vidéo, commande d’État, création par l’ensemble Sillages (2016) ; Eror pour un pianiste, électronique en temps réel, lumières et vidéo d’animation (2018).

Distribution

Georgia Spiropoulos : compositrice
Natasha Barrett
 : compositrice
Stine Janvin
 : compositrice et performeuse
Matthieu Guillin : diffusion électroacoustique

Une production studio éole,
 en collaboration avec Odyssud-Scène des Possibles à Blagnac, le Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse (CRR),
le Conservatoire de Musique et de Danse de Blagnac et le théâtre du Ring. Avec le soutien de la Région Occitanie, du Conseil Départemental de la Haute Garonne, de la Ville de Toulouse, de la SACEM et de la Spedidam.

Depuis 1998, éole est accueilli en résidence à Odyssud-Scène des Possibles I Blagnac. éole reçoit le soutien du Ministère de la Culture / Préfet de la Ré- gion Occitanie, la Région Occitanie, du Conseil Départemental, la Haute-Garonne, la Ville de Toulouse et de la Sacem. Licences d’entrepreneur de spectacles n°2-1078692 et n°3-1078693

©Karina Gytre
retour